Festiv’Jazz Automne 2017 - 16 au 18 novembre

Jeudi - vendredi - samedi

Jeudi 16 novembre 2017:
Soirée Jazz & Côtes du Rhône primeur, restauration à partir de 19h30

Les Trois Becs invitent Jean Dionisi

 

 

 

Le Trio Kaméléon invite

 

 

 

 

 

 

Vérène Fay

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux orchestres se produisent en alternance

Les 3 BECS  » avec en invité le trompettiste JEAN DIONISI, pour un répertoire Louis ARMSTONG intégral. Il y aura Louis QUAIRE au piano, Willem VAN DIGGELE contrebasse, Alain SCHWOB clarinette et sax et Jacques BOURDI à la batterie.

 

 

 

Le batteur Olivier Chambonnière qui s’est entouré de Didier Del Aguila à la basse et Alexandre Cadic au vibraphone forment Le trio KAMELEON et interprètent bon nombre de standards tirés du « Real Book » tels Vibraphone blues de Lionel Hampton, Summer Samba de Marcos Valle, Lullaby of Birdland de George Shearing , My favorite Things de Rodgers et Hammerstein dont on retiendra surtout les multiples versions de Coltrane, Caravan de Juan Tizol et Duke Ellington, Midnight voyageOne note samba d’Antônio Carlos Jobim , Sweet Georgia brown, à l’exception de deux pièces composées par Didier Del Aguila, La petite fille aux feuilles mortes et Mr PC. Comme on le voit le choix des morceaux est éclectique, de la Samba au Mainstream, le trio est à l’aise dans tous les styles, on sent une cohésion parfaite, laissant néanmoins la place à chacun pour exprimer sa personnalité et sa sensibilité. Le batteur est efficace et subtil, le bassiste précis, mélodieux et percutant, le vibraphoniste élégant et harmonieux. Que dire de plus pour décrire notre félicité : une musique agréable et élégante. Vérène Fay étudie le chant, le théâtre et la musique à Promusica et se forme au Jazz à l’IMFP (Institut Musical de Formation Professionnel) de Salon de Provence. En 2000, elle co-crée le trio jazz vocal Doodlin’ qui se produit pendant 15 ans sur des scènes de jazz européennes telles que: Montreux jazz Festival, le Festival de 5 continents à Marseille, Crest jazz Vocal, Sunset Paris, Festival de jazz de Draguignan (1ére partie Stacey Kent), Jazz au Château (1ère partie de Manu Katché).

 

 

 

Vendredi 17 novembre 2017 : Sarah Lenka Quintet :

Restauration à partir de 19h

Concert : 20h45

 

 

 

 

 

Sarah LENKA 5 tet

Après deux disques de jazz salués par la critique (Am I Blue en 2008 ; Hush en 2012) et remarqués du public, la jeune chanteuse Sarah Lenka - désignée dès 2007 meilleure artiste vocale féminine de l’année par la Sacem – a décidé de se consacrer au répertoire de Bessie Smith. 

Mais loin de vouloir coller à son modèle, elle aborde ce répertoire à sa façon, dans un registre folk-blues qui permet d’en redécouvrir la profondeur et le pouvoir d’émotion. De son timbre éraillé, de son grain de voix troublant et de sa sensibilité féline, Sarah Lenka restitue sans fard toute la profondeur de ces chansons, qui n’ont pas vieilli tant ce qu’elles nous disent de la condition humaine, de l’amour, du désir, reste intemporel et continue de nous parler. Sur scène, elle parvient à les faire siennes, loin de toute affectation, entre fragilité intime et force de caractère. Changeant de registre par rapport à ses albums passés, entourée d’une équipe renouvelée, Sarah Lenka ravive l’esprit endiablé de Bessie, comme elle sait aussi en extraire la mélancolie passagère et l’ironie amère. Autour de la contrebasse de Manuel Marchès, avec les guitares croisées de Fabien Mornet et Taofik Farah, qui usent aussi du banjo ou du dobro pour donner à ce répertoire les couleurs de l’Americana, dans une veine folk/pop, elle sait aussi revenir aux racines du blues et, parfois, au jazz canaille des origines, lorsque la trompette de Camille Passeri  et ses sourdines viennent caresser sa voix. Totalement réarrangées par le groupe, les chansons de la grande Bessie trouvent sous la voix de Sarah une résonance originale.

L’album « I don’t dress fine », est sorti en octobre 2016

Line up :

Sarah Lenka : chant Fabien Momet : Banjo, dobro, Camille Passeri : Trompette, Manuel Marchès : Contrebasse, Taofik Farah : Guitare

Samedi 18 novembre 2017 : Sylvia Howard et le Black Label Swingtet : « Hommage à Duke Ellington »

Restauration à partir de 19h

Concert : 20h45

 

 

 

 

 

Sylvia HOWARD

Elle est aujourd’hui à l’acmé de son art, hérité bien sûr de la grande tradition des chanteuses afro-américaines (Dinah, Sarah, Billie, Carmen). Nantie d’une riche expérience qui l’aura menée de son Indiana natal, où elle fut très tôt imprégnée des senteurs locales de blues et de gospel, aux grandes scènes américaines puis du Pacifique, c’est à Paris que Sylvia Howard a choisi d’élire domicile il y a quelques années pour y mûrir son accomplissement artistique.

Son exercice favori est la relecture des standards (Duke Ellington of course) et des blues de l’âge d’or du jazz bien tempéré, dans lequel sa voix irrésistiblement expressive donne sa pleine mesure.

Flanquée du Black Label Swingtet de Christian Bonnet, groupe de sept musiciens dont la respiration musicale ne laisse aucun doute sur leur appartenance à l’école « swing », sur un tapis d’arrangements spécialement tissés pour elle, la volcanique Sylvia saura tour à tour nous enchanter et nous enthousiasmer au cours d’une soirée placée sous les ombres tutélaires de Duke Ellington et de Billie Holiday.
Line-up :
Sylvia Howard (voc) Alain Brunet (tp) Jean-Sylvain Bourgenot (tb) Jean-Jacques Taïb (ts, cl)
Antoine Chaudron (ts) Laurent Epstein (p) Jean de Parseval (elb) Yves Nahon (d) Christian Bonnet (arr)

 

 

 

Comment réserver vos places :

Via Internet :


Vente de billets en ligne

 

ou avec le bon de réservation ci-dessous par courrier

(Clic droit pour afficher l'image)

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer